Dire adieu à ses seins

Il y a 6 mois, j’ai écrit cet article:

C’est noté sur mon calendrier. Dans moins de 6 mois, on va me passer sous le bistouri et m’enlever une partie de ma féminité.

Moi, qui n’a aucun antécédent familial de cancer du sein, je ne pouvais me douter qu’ils allaient un jour me trahir, tenter de me tuer. Je les aimais moi mes petits seins. Je les trouvais beaux, pas trop petits, pas trop gros. Après avoir donné naissance à mes enfants, ils ont servis de biberons. Maintenant que ma famille est formée, ils ne sont plus nécessaires.

À mon âge, on me dit que c’est difficile de bien le vivre. On me recommande fortement la reconstruction mammaire. On me parle de la plasticienne comme si c’était déjà décidé d’avance. On m’a booké un rendez-vous avec elle, même si je sais déjà que je ne veux pas de reconstruction.

C’est étrange de dire ça. Il y a quelques semaines, je m’en faisais avec mon petit bouton sur le menton ou avec ma repousse de cheveux gris quand je sautais un mois de teinture! Avant mon diagnostique, mes priorités étaient loin d’être les mêmes. Aujourd’hui, je veux vivre! Je peux très bien serrer mes enfants dans mes bras avec deux seins en moins. Mon conjoint ne s’en fait pas avec ça non plus. Il est incroyable comme support! Il me rassure constamment sur le fait qu’il se fou bien que je n’aie plus de cheveux ou que je perde un ou deux seins, en autant que je continue à faire le ménage et ses lunchs! 😜

Moi, j’ai juste envie qu’on m’enlève une fois pour toutes cette montagne de cellules envahissantes qui veulent ma peau. Je n’ai pas peur de la massectomie, j’ai hâte. J’ai peur de la reconstruction! Il semblerait que c’est douloureux, puis il y a toujours le risque des implants cancérigènes, que ton corps le rejète, l’inconfort… Après un an à me battre contre un cancer, est-ce que je veux vraiment me casser la tête avec mon physique simplement pour avoir deux bosses dans mon chandail? C’est un choix que je respecte totalement, mais ça ne m’intéresse pas.

Mon petit 3 ans s’est mis à pleurer l’autre jour. Il m’a dit « moi j’aime toi avec deux seins! ». Pauvre petit coeur, qui ne comprend pas trop ce qui se passe… Ma fille m’a demandé si ils allaient me mettre des seins robots! 😂 Que c’est drôle des enfants. Ça enlève le côté dramatique des choses.

Les enfants vivent beaucoup d’émotions avec cette situation. Ça leur fait peur et c’est bien normal. Je fais mon possible pour les rassurer, mais ils savent bien que maman doit se battre pour sa vie. Si il y a une chose qui est difficile avec un diagnostic de cancer, c’est l’impact sur sa famille.

Moi, je vais plutôt bien. Puis ma cicatrice de massectomie, ce sera ma marque de guerre. Si je gagne cette bataille, je me promet de la porter fièrement car elle sera là pour me rappeler que j’ai passé à travers l’épreuve d’une vie. Avez-vous vu des tatouages de massectomie? C’est magnifique, inspirant et rempli d’histoires. C’est peut-être ce que je ferai, dessiner mon histoire sur ma poitrine. En attendant, j’ai un long parcours devant moi.

Aujourd’hui, jour 6 post-mastectomie

Le 6 mai 2020, vers 8:00, j’étais à l’hôpital Jean-talon de Montréal où l’on retirait mes deux seins. Entre ce premier article et ma chirurgie, j’ai appris que j’étais porteuse d’une mutation génétique brca2. Avec un risque très élevé de cancer du sein, la poitrine au complet devait partir. J’aime mieux ça. Tout va être égale et je ne vais pas avoir cette peur de récidive dans l’autre sein, bien que je reste consciente que la récidive peut aller ailleurs.

La chirurgienne a fait un bien beau travail et tout s’est déroulé comme prévu. À 13:20, je me réveillais avec une partie de mon corps en moins et la tête très lourde de l’anasthésie et de la morphine. De retour à la maison le soir même, on devait me garder 24 à 48 heures, mais en temps de covid, on oublie ça.  Toute façon, on est bien chez soi.

J’étais prête, je n’ai pas vraiment eu de choc. Ça fait des mois que je me prépare mentalement, que je visualise ce moment.  Le cancer est parti, ENFIN. Il est resté dans la salle d’opération avec mes mamelons, mes glandes mammaires, mes ganglions sentinelles… Adieu masse de cellules qui est venue troubler ma vie.  J’espère ne jamais te rencontrer de nouveau.

Je n’ai pas eu de reconstruction. Ma chirurgienne a respecté mon choix et m’a fait un beau fini plat. Ce n’est pas toutes les femmes qui ont la chance d’avoir une chirurgienne à l’écoute de leurs envies. Je me considère très chanceuse d’avoir eu cette femme très professionnelle et surtout, ouverte d’esprit. Adieu brassières!

J’ai pris des petits comprimés de morphine durant 2 jours, mais je préfère endurer un peu de douleur et prendre de simples tylenols maintenant.  La douleur est bien tolérable car les nerfs sont sectionnés sur la poitrine, donc il n’y a pas beaucoup de sensations. La chose qui me dérange, c’est les drains! 2 poches suspendues à mon corps, de petits tuyaux qui entrent dans ma peau et se promènent dans mes plaies. Ça tire, c’est dans le chemin, c’est sensible, c’est de l’entretien… On va me les retirer un jour, d’ici une ou deux semaines, quand ils vont accumuler moins de 30 ml par jour. Je vais célébrer ce jour là!

C’est étrange de perdre une partie de son corps. Hier, le mamelon me piquait atrocement! Je n’ai plus de mamelon. Douleurs fantômes, sensation de peau gelée comme au dentiste, spasmes musculaires… Mon corps essaie de se remettre tranquillement de cette aventure un peu irréelle.

J’ai bien hâte de voir le résultat qui va se cacher sous les pansements, d’apprivoiser ce nouveau corps et de retrouver ma mobilité. Je vais probablement vous le partager ce nouveau corps, parce qu’il n’y a aucune raison de se cacher. Je n’ai plus de seins, qu’une poitrine un peu meurtrie. Pourquoi devrais-je la cacher? Une femme sur 7 aura un diagnostique de cancer du sein dans sa vie. Que ce soit avec deux seins, un sein, aucun sein ou deux seins de différentes tailles, une femme reste une femme toute aussi magnifique peu importe sa poitrine.

Mes enfants réagissent aussi très bien à ce changement corporel. Ils oublient toujours que je me suis fait opérer et je dois constamment répéter de ne pas sauter à côté de moi pour éviter de m’accrocher. Ma fille de 6 ans a vu ma poitrine et les drains avec le sang et tout, puis m’a dit « c’est weird un tout petit peu », avec un gros sourire. C’est parfait. Je veux qu’elle voit qu’il n’y a rien de dramatique à cette opération et que je le prend bien. C’est important pour moi, parce que si elle est aussi porteuse du gène, elle devra probablement vivre la mastectomie préventive. Je préfère ne pas trop y penser pour l’instant. Il y a encore 12 ans devant nous avant son test génétique et il sera peut-être négatif. On ne peut pas perdre 12 ans à angoisser avec quelque chose qui ne se produira peut-être même pas.

La suite pour moi? Je rencontre la chirurgienne dans deux jours pour voir si tout se passe bien au niveau de la guérison des plaies et de mes drains. Ensuite, j’attend impatiemment qu’on retire mes drains et que je puisse prendre une bonne douche! Et finalement, je rencontre l’oncologue pour le résultat de la pathologie, qui pourra préciser si il restait des cellules cancéreuses dans les tissus prélevés. C’est ce qui va me donner mon risque de récidive et les traitements à venir. Un brin angoissant, mais on fini par être un peu immunisé à la peur. Les émotions sont moins fortes qu’au début. Je suis déjà préparée au pire, en espérant quand même un résultat plus joyeux cette fois. Je devrais avoir cette rencontre dans 2 semaines.

D’ici là, je vous dit un merci incroyable pour votre soutient sur ma page Facebook. J’ai eu tellement de messages touchants avant ma mastectomie! Une dose incroyable d’amour qui me donne beaucoup de courage. J’espère que mon parcours pourra rassurer certaines femmes qui vivent la même chose xxx ❤️❤️❤️

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s