Ma rupture avec le végétalisme

Bon, cet article commence à ressembler à un roman… Ça fait quelques semaines que je veux l’écrire, mais je n’avais simplement pas l’énergie nécessaire vu mon état de santé exécrable. Bien honnêtement, il y a aussi quelques personnes dans mon entourage qui m’ont conseillé de ne pas le faire, parce que j’allais m’attirer des commentaires haineux. Ils ont probablement raison.

Par contre, je ne suis pas du genre à cacher quoi que ce soit et je ne me vois pas continuer à publier ici sans vous expliquer ma situation. Je crois aussi que ce texte va pouvoir aider quelques personnes, puisque je ne suis certainement pas la seule dans cette situation. J’ai appris beaucoup durant les dernières semaines et je crois que certaines informations devraient être mieux connues.

Végétalisme, après la lune de miel…

En 2017, j’ai ouvert les yeux sur la cruauté animale, j’ai visionnée tous les documentaires de Netflix sur le sujet et je suis officiellement devenue végétalienne. Les effets sur ma santé ont été énormes. Quelques jours et mes migraines étaient disparues, mon énergie a montée en flèche, je n’avais jamais de lourdeur en mangeant… Un an de pur bonheur!

Puis après un an, je suis devenue tranquillement « normale ». J’ai repris la majorité de mon poids habituel et certains petits symptômes désagréables sont apparus. Fatigue, palpitations, maux de tête… Bref, je me suis dit que je ne mangeais simplement plus assez bien, avec tous les nouveaux produits véganes transformés disponibles. J’ai commencé à tester différentes solutions: Seulement des aliments sains non-transformés, plus de légumes verts, plus de légumineuses, moins de soya, plus de soya… Mon énergie avait des hauts et des bas, mais rien de comparable à la magie du début. Les étourdissements persistaient malgré tout et j’avais bien l’impression que les symptômes ressemblaient à ceux de l’anémie. +++ de légumineuses et de légumes verts!

La première prise de sang

Une journée, j’étais tellement étourdie que je me suis rendue à l’urgence, persuadée que j’allais perdre connaissance. Prises de sang: Tout est beau. On ne trouve rien et je retourne à la maison avec comme seuls conseils de boire plus d’eau et de me reposer. Les palpitations? On me dit que c’est surement de l’anxiété, puisque l’électrocardiogramme ne voit rien d’anormal. En fait, on essaie presque de me convaincre que c’est de l’anxiété.

J’incorpore plus de végétaux riches en fer, parce que google me dit que tout ça ressemble vraiment à de l’anémie. Mélasse verte, vitamine C avec mon fer, gruau avec chanvre et chia le matin, beurre de sésame et graines de sésame un peu partout, beaucoup d’eau et de sel…

Mais ça ne va pas mieux, ça empire. J’ai de plus en plus de difficulté à digérer, ainsi que des épisodes de maux de tête et de plaques rouges fréquents, ce qui me fait penser que j’ai probablement une intolérance à un ou plusieurs aliments que je consomme davantage. Je suis intolérante aux sulfites, au glutamate monosodique et à certains aliments, puis c’est exactement les mêmes réactions. Je deviens littéralement obsédée par mon alimentation, je regarde tout ce que je mange, toujours aussi persuadée que le végétalisme est la meilleure alimentation pour moi.

Je tombe en hypothyroïdie.

Un peu avant le début de l’été, plus rien ne va. Palpitations, insomnie, perte de cheveux, maux de tête, tremblements… J’ai pris du poids, je me trouve ballonée, terne et fatiguée. De retour chez le médecin, on test ma tyroide et le verdict tombe: Je suis en hypothyroïdie.

On m’explique qu’il est possible que mon végétalisme n’aide pas. Il serait bien de limiter ma consommation de soya, puisque celui-ci peut avoir un impact. Je vais lire sur le net, persuadée que c’est juste un mythe. En fouillant pour mes symptômes, je tombe sur un vidéo d’une ex-végane. J’en regarde ensuite une tonne, je lis des articles de gens qui ont abandonnés le végétalisme et je me reconnais dans chacun d’eux (ou presque).

Les symptômes, ils se répètent dans presque chaque cas. Si vous prenez le temps de bien écouter la majorité des vidéos du genre « Why i’m no longer vegan », vous verrez que les problèmes de tyroïde, la fatigue, les troubles de digestion… Ils sont partout.

Ça me fait douter, mais mes valeurs véganes sont fortes et je le fais principalement pour les animaux maintenant. Je ne me vois vraiment pas réintégrer la chaire animale dans mon alimentation. Je continue donc en essayant à peu prêt tout ce qui est possible. Raw food, plus d’eau, jus verts, moins de sucre…

Intolérances et allergies

Juillet, j’étais ballonée 24/24 heures, crampes abdominales, fatigue, mal de tête et étourdissements. Je ne faisais que prendre du poids malgré une alimentation saine et j’avais des palpitations qui m’empêchaient de dormir. J’étais persuadée que je faisais encore de l’hypothyroïdie.

Visite chez le médecin, encore une prise de sang pour la tyroïde: Ma tyroïde est revenue « dans leurs normes ». Je précise « dans leurs normes » parce que si il y a bien une chose que j’ai comprise suite à toute cette aventure, c’est que les normes ne sont qu’une moyenne et ne veulent absolument pas dire que c’est optimale. On réalise assez vite qu’être dans les normes ne veut pas dire être en santé.

Bref, on me dit que j’ai peut-être fait une tyroïdite et les symptômes sont probablement de la déshydratation et… de l’anxiété. «Êtes-vous déprimée? Stressée?». Oui, je commence à être stressée! Je suis stressée parce que personne ne trouve ce qui ne va pas avec ma santé, on ne fait que me faire des prises de sang et me dire que tout est beau, sauf que ma situation empire de jour en jour. Je trouve que c’est une pas pire raison pour être stressée!

Je me dis que finalement, tout ça est peut-être vraiment de l’anxiété…

Jusqu’à cette journée où je mange mon hummus habituel et que la bouche me pique. J’ai chaud, un mal de tête m’envahi et je deviens toute rouge. Je connais cette sensation… C’est comme ça que mon corps réagit quand je ne tolère pas un aliment ou quand j’y suis allergique. Le lendemain, c’est mon classique tofu qui ne passe pas. Qu’est-ce qui se passe?! Puis les intolérances se multiplient… Mon corps ne tolère plus les légumineuses, le tofu, le quinoa, la sauce soya, les cajous, les arachides… LA BASE DE MON ALIMENTATION! Je ne comprend plus, je panique et je mange juste des légumes et de l’huile d’olives pour quelques jours.

Je vais consulter un médecin: Aucune réponse. On em regarde avec un air perplexe du genre « Je n’ai aucune idée de ce que tu as ». Je suis sur une liste d’attente pour un allergologue, ça peut être très long et en attendant, je dois faire des essaies/erreurs…

La médecine alternative: Naturopathie

C’est à ce moment de découragement que je me suis tournée vers la médecine alternative. Je savais que quelque chose n’allait pas avec ma santé. Je ne suis pas une personne stressée, j’étais absolument persuadée que ça n’avait rien à voir avec de l’anxiété. J’ai trouvé un naturopathe, qui n’allait pas me juger sur mon mode d’alimentation et qui allait peut-être pouvoir m’aider. Mon dernier espoir…

Il est merveilleux, il prend le temps de vraiment regarder ma situation, quelques tests, un questionnaire énorme, beaucoup de son temps (beaucoup plus que les 2 minutes et demi chez le médecin)… Enfin, je me sens moins seule là-dedans. J’ai l’impression que quelqu’un prend au sérieux mes symptômes. Selon lui, ma tyroïde est débalancée, j’ai probablement des bactéries intestinales, j’ai des carrences alimentaires en vitamines et minéraux… Puis, lors d’une scéance de médecine chinoise avec des petites fioles douteuses, je réagis au virus de la mononucléose. J’ai des doutes, bien honnêtement. Je me dis qu’un des médecins que j’ai vu dernièrement aurait su que j’avais une mono si c’était le cas. Il me demande aussi si j’ai fais vérifier mon niveau de ferritine dans le sang, ce à quoi je répond « Oui et tout était beau ».

On discute, beaucoup. Il me parle des effets négatifs de trop de lectines, retrouvée principalement dans les légumineuses et les grains, qui augmentent la perméabilité intestinale et peuvent mener à certaines maladies auto-immunes. Je me dis qu’avec la quantité de légumineuses que je mangeait pour tenter de remonter mon taux de fer, ce n’est peut-être pas pour rien que mon état empire. Même chose avec un régime trop riche en fibres, ce qui est aussi facile à atteindre lorsqu’on est végétalien. Je mangeais littéralement une tonne de légumineuses, de grain, de tofu et de légumes.

On discute de l’assimilation des protéines et des nutriments d’origine végétale versus animale. Les aliments d’origine animale apportent les 8 acides aminées essentiels de manière équilibrée, tandis que du côté des végétaux, on doit combiner légumineuses et céréales durant la même journée pour former une protéine complète… Tout le monde n’assimile pas aussi bien les protéines végétales et comme mentionné plus haut, ça implique de consommer en grande quantité des aliments que mon système ne tolère plus.

Malgré ma certitude que le végétalisme peut répondre aux besoins de l’humain, ce qu’il me dit fait beaucoup de sens avec ma situation et je le crois. Il me donne une tonne d’informations pertinentes qui font beaucoup de sens et qui remettent surtout en question une chose: mon végétalisme. Il prépare mon programme, on se revoit quelques jours plus tard. La suite plus bas…

Le choc anaphylactique…

Quelques jours plus tard, je fais une immense crise de migraine et je me retrouve hospitalisée. On me donne un mélange d’anti-douleurs, anti-inflammatoires, anti-nausées… Ça ne va pas, je dis à l’infirmière que je réagis à quelque chose. J’ai comme une sensation d’aiguilles dans tout le corps, mais ça fini par passer, donc on continue. On me prescrit un anti-inflammatoire et je retourne à la maison durant la nuit.

Le lendemain matin, toujours avec une migraine terrible, je prend l’anti-inflammatoire. Je fais un choc anaphylactique. Gorge qui enfle, rouge de la tête aux pieds, ça me pique partout, mon coeur bat super vite, j’ai chaud… J’ai l’air d’un homard.

Direction urgence, encore… On me traite et je retourne chez moi encore plus découragée.

Je ne suis pas une personne négative habituellement, mais à ce stade, je ne voyais plus la vie en rose…

Un autre tour chez le médecin au privé ($$$) le lendemain, parce que je veux qu’on me fasse le test pour la mono et à l’hôpital, on ne veut pas me le faire. La médecin au privé prend vraiment le temps de m’écouter. Elle analyse les résultats sanguins que j’ai fais à l’hôpital lors de ma migraine et me dit que je combat quelque chose, car mon système immunitaire est en mode défense, mais c’est peut-être à cause de la migraine. Elle fais des prises de sang pour s’en assurer et en profite pour faire le test de la mononucléose, puisque mes ganglions sont énormes et que ça ferait bien du sens selon elle. Elle me prescrit aussi une épipen au cas où je ferais une autre réaction majeure. Les résultats plus bas…

Carnet santé: Analyser sois-même les résultats sanguins.

De retour à la maison, je décide de me tourner vers carnet santé, une application qui vous permet d’accéder à vos résultats médicaux comme vos tests sanguins en ligne. Je veux analyser moi-même mes prises de sang des dernières années.

Mon niveau de ferritine quand je pensais être anémique, il était exactement à la limite, mais encore dans leurs « normes ». Pour être plus précise, un dosage sanguin de ferritine pour une femme se situe habituellement entre 20 et 200 ng/ml. C’est une moyenne, mais l’objectif est davantage autour de 100 ng/ml. Mon résultat: 15 ng/ml. Et c’est là que j’ai compris une chose importante de la vie:

On est jamais aussi bien servi que par sois-même, avec l’aide d’un bon naturopathe.

Je reçois finalement le résultat du test de la mononucléose: Positif. Virus actif, mes anticorps sont très nombreux. Ceci peut expliquer en partie les réactions allergiques, une situation très rare et peu connue où un certain anticorps est si nombreux qu’il s’attaque un peu à tout ce que tu ingères. Mon corps est en mode alerte rouge contre lui-même, si on veut. Combiné aux bactéries intestinales, au débalancement de ma tyroïde et aux carences, on a un beau cocktail explosif qui te « scrap » une santé solide. Après des mois d’enfer, tout fini par s’expliquer et on me confirme enfin que je ne suis pas folle. Ce n’était pas de l’anxiété.

Bref, ma santé va mal en tabarouette. Repos complet pour un mois, ma rate est enflée et il y a un risque de rupture en cas d’impact. Je ne peux presque rien manger et j’ai l’impression que je ne vais pas survivre. Je perd 12 livres en une semaine, je suis blanche comme un drap, mon chum doit prendre un congé du travail pour s’occuper des enfants et de moi. Ok, maintenant qu’on sait, on fait quoi?

AIP Paléo (Auto-immune protocol)

Le naturopathe me suggère d’opter pour une diète AIP Paléo, spécialement pour les troubles du système immunitaire. C’est une diète d’élimination au départ, puis de réintégration par la suite. De cette façon, on peut cibler nos intolérances, ça donne un break au système immunitaire, digestif et hormonal (mes 3 problèmes). C’est riche en protéines, bons gras et légumes verts. Petit bémol, cette diète est à peu de choses près l’opposé du végétalisme:

  • On élimine les grains, les légumineuses, les noix, certains légumes, le soya, tout ce qui est transformé, le sucre…
  • On intègre la viande rouge, la volaille, le poisson (Tout bio, boeuf nourri à l’herbe…).

Quand ta santé fou le camp malgré tous les efforts et que tu as littéralement l’impression que tu vas finir par en mourrir, réintégrer les produits d’origine animale devient une solution très envisageable. En fait, à ce moment précis, on m’aurait dit de manger juste du boudin et j’aurais dit ok. J’ai mis mes valeurs de côté et je me suis lancée dans cette alimentation omnivore/carnivore avec les doigts croisés. On a ajouté quelques suppléments et conseils pour aider mon système immunitaire (Beaucoup de vitamine C, D, B, eau avec sel pour me réhydrater, des tisanes bio, méditation, prendre du soleil…).

Et aujourd’hui?

Le moment atroce où je pensais mourir, c’était il y a environ deux semaines. Depuis, j’écoute énormément mon corps et je suis les conseils du naturopathe. J’avais des rages de viande rouge et de poisson les premiers jours et j’en ai mangé, beaucoup. Je suis absolument certaine que j’avais des carrences, puisque je ne suis pas fan du goût ou de la texture, je n’utilise aucun assaisonnement en ce moment vu les intolérances, mais je dévorais le tout comme si c’était les meilleurs plats de ma vie. Un genre de besoin vraiment intense… Je m’hydrate beaucoup, je me repose.

Pour la première fois depuis un bon bout de temps, je commence à retrouver tranquillement ma santé. Les symptômes, ils s’en vont. Oui, je suis encore vraiment épuisée avec la mononucléose, mais les ballonnements, les palpitations.. Tout commence à rentrer dans l’ordre. Physiquement, mes ongles sont vraiment plus durs et mes cheveux tombent moins. Après les épreuves des derniers mois, je vais prendre ça molo et vraiment laisser le temps à mon corps de se rétablir avant de reprendre mon rythme de vie normal, mais ça fait un bien fou d’avoir enfin des changements poisitifs.

Comment j’ai réintégrer la viande

Avant de croquer dans ma première bouchée de saumon, je me suis dit que ça allait être dégueulasse. Mais non… Au risque de vous choquer, je l’ai dévoré et j’aurais pu en manger 8. Même chose quand j’ai mangé un steak. J’ai automatiquement senti que mon corps en voulait, comme un besoin très intense. Puis j’ai réalisé que ça faisait longtemps que cette sensation était présente, mais je tentais de me convaincre que ce n’était qu’une question de goût. Je me faisais des burgers végé ou je mangeais un beyond burger, pour tenter de passer par dessus cette envie de « Viande ». Je me faisais des tartinades de pois chiches avec des algues et de la fumée liquide pour remplacer le goût du poisson, mais aussi bon que ça peut être, les omégas 3 n’y étaient pas comme dans un filet de saumon.

Oui, je me sens mal pour les bêtes. Non, je n’ai pas oublié tout ce que j’ai appris durant les dernières années. Je fais « ma part » en achetant de la viande biologique nourrie à l’herbe d’une ferme locale et en optant pour des produits le plus éthique possible, malgré tout. En ce moment, j’ai besoin de retrouver la santé et le changement est majeur depuis que j’ai intégrer les protéines animales. Je ne pensais jamais dire ça ici, mais je crois que le végétalisme a malheureusement eu un grand rôle à jouer dans mon état de santé… Et ce n’est pas parce que je n’ai pas essayé que ça fonctionne. Par contre, je ne vous dit pas d’abandonner le végétalisme. Je parle ici de ma santé… Pour vous, il est possible que l’alimentation végétalienne soit parfaitement adaptée.

La vérité: Il n’y a pas une alimentation parfaite pour tout le monde.

Parole de mon naturopathe:

Il n’y a pas une bonne alimentation adaptée à tout le monde. Il y a une bonne alimentation adaptée pour chaque personne et c’est appelé à changer tout au long de notre vie.

Pour quelqu’un, le végétalisme est la meilleure solution santé pour l’instant. Et en ce moment, le protocole auto-immune est la mienne. D’ailleurs, c’est assez évident puisque c’est les seuls aliments que mon corps tolère. Mais c’est temporaire et je ne sais pas ce que je vais manger dans un an. J’espère du fond de mon coeur pouvoir savourer du hummus de temps en temps, du tofu magique et un peu de quinoa, mais pour l’instant, c’est ce qui me rend malade.

J’ignore l’alimentation idéale pour vous. Ce que je sais:

  • Les légumes et les fruits devraient avoir la première place dans notre assiette. Ils regorgent de vitamines et de nutriments essentiels.
  • Les produits transformés, donc le 3/4 de ce qui se trouve à l’épicerie, ne devraient idéalement pas se retrouver dans notre assiette et encore moins dans celles de nos enfants.
  • On devrait tous manger biologique. Les pesticides ne sont pas seulement nocifs pour l’environnement, ils sont nocifs pour notre santé. C’est dispendieux, mais si tout le monde achetait bio, ça deviendrait plus abordable et plus accessible.
  • Les fibres et les aliments riches en lectines, c’est bon, mais il y a des limites. Pour certains, la limite est loin. Pour d’autres, un peu de riz brun et de lentilles, c’est déjà trop.
  • Écoutez votre corps. Si vous avez une envie folle de manger du poisson, vous manquez probablement d’omégas 3 et/ou de gras. Si vous avez encore de la difficulté à digérer les légumineuses après des mois d’intégration graduelle, cet aliment n’est peut-être simplement pas fait pour vous. Si vous avez envie de manger du Mc Donald, écoutez votre corps, pas votre tête. Votre corps ne veut pas de McDonald.
  • Notre corps a besoin de gras. Pas du gras de bacon, pas de la margarine. Des bons gras comme des avocats, des noix, de l’huile d’olive, du lait de coco…

Et Apprenti grano devient quoi?

Apprenti grano reste exactement le même. Un site axé sur l’alimentation, l’environnement et le mode de vie écolo. En fait, je reste convaincue que les végétaux ont une place de choix dans notre alimentation et que tout le monde bénéficie d’une alimentation remplie de légumes! C’est la base de toute alimentation saine. Mais je prend une pause… Je veux me concentrer sur ma santé pour quelques semaines.

Ma passion, c’est la cuisine végétalienne, pas la cuisson du boeuf. Donc si vous souhaitez continuer à me suivre, sachez que le blog va continuer de publier des recettes végétaliennes. Sachez aussi que je n’ai pas changé… Mon coeur est exactement le même. Je n’ai pas oublié ce que les dernières années m’ont montrées. J’ai simplement laissé la première place à ma santé, afin de pouvoir m’occuper de la chose la plus importante au monde: Ma famille.

On se revoit dans quelques semaines xxx

Sarah

* Aucun message irrespectueux ne sera toléré. Je parle toujours dans le respect et je n’ai pas besoin de petits nuages noirs dans ma vie. Vous pouvez m’écrire en privé si vous aimeriez plus d’informations ou discuter dans le respect. Ça va me faire plaisir de vous répondre.

4 commentaires sur “Ma rupture avec le végétalisme

  1. Je te remercie pour ton honnêteté, je trouve ça parfait de savoir la vérité, c’est vrai qu’une alimentation ne peut pas être idéale pour tout le monde. Je te souhaite de retrouver santé et vitalité. :))

    J'aime

  2. Ho ma chère! Merci de prendre le temps de partager! Quand on a des problèmes du genre. Quand le corps voit des ennemis de plus en plus dans ce qu’il mange… on se fait confronter par ceux qui nous entourent et leurs croyances. On se remet en question. On ne se trouve pas normal. Imagine… je suis prof de yoga et je ne tolère pas le cru 😬 j’ai entendu tellement de choses! Et les gens ne réalisent pas… JE SUIS MALADE SI JE MANGE ÇA… 🙈
    Mais à la fin seule notre corps a raison. Il faut l’écouter et se rappeler que leurs conseils parlent de leurs valeurs tout comme certains médecin ne voient pas le potentiel holistique et ne jurent que par des données claires et probantes. Moi aussi un médecin au privé a fait la différence lorsque je vomissais tous mes repas et dépérissait. Une médecin ouverte à la globalité du corps et à modifier certains trucs (comme notre alimentation) avant de donner plein de médicaments.
    Bref, tu fais bien de partager et bon rétablissement.

    J'aime

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire Chrystelle! Effectivement, plusieurs croient que si une alimentation fonctionne pour eux, c’est signe que tout le monde peut l’adopter. Et j’avoue qu’en tant que prof de yoga, tu dois y être confrontée assez souvent! Je dois dire que je croyais aussi pendant un temps que le végétalisme était adapté à tous. Le corps a parfois des manières assez intenses de nous passer un message, surtout lorsqu’on ne l’écoute pas. Le mien m’a fait comprendre que ce n’était même plus envisageable d’être végétalienne. Et oui, c’est rare les médecins qui sont ouverts aux alternatives naturelles et qui ne tentent pas simplement de trouver un médicament pour chaque symptôme. Quand on en trouve un, il faut le garder 🙂 Au plaisir!

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s