Revoir ses priorités

Il y a 5 ans, mon conjoint et moi avons bâti notre maison de rêve. Une maison à étages moderne, spacieuse, avec un walk-in de rêve et une cuisine de 18 pieds. On a fait faire le plan sur mesure et on y a inclus tout ce qu’on souhaitait avoir.

Aujourd’hui, il y a une affiche « À vendre » devant ma maison et on s’apprête à déménager dans une maison pas mal plus petite et plus âgée, qui n’a aucune ressemblance avec la nôtre. On s’est fait dire plus d’une fois: « Mais pourquoi vous partez? Votre maison est tellement belle! Elle est encore neuve. Vous allez trouver ça difficile de vous adapter… ».

De notre côté, le choix est bien réfléchi et ne nous fait pas peur. On a envie de retourner à la base et d’opter pour un mode de vie plus minimaliste.

La surconsommation

Un soir, on a regardé le documentaire « The minimalists » sur Netflix. Deux gars qui vivent avec presque rien. Ça nous a fait réaliser qu’on a vraiment trop de choses. On se crée des besoins, on consomme sans arrêt et on fini avec une tonne de trucs qui trainent. Sans compter l’impact désastreux de notre surconsommation sur l’environnement.

Un coupe-avocat, 44 chandelles, une armoire remplie de draps au cas où quelqu’un viendrait coucher à la maison une fois par 15 ans… On va jusqu’à déménager parce qu’on a besoin de plus d’espace pour ranger tout ce qu’on a.  Certains vont même jusqu’à louer un espace de rangement supplémentaire pour entreposer les trucs qui n’entrent plus dans la maison. 

La question à se poser, c’est « est-ce qu’on a vraiment besoin de tout ça? ».

Vider pour mieux respirer

Après avoir visionné le documentaire, on a commencé tranquillement à se départir de choses qu’on utilisait plus.

La cuisine a été l’étape la plus simple. Pas mal tout ce qui était dans les armoires du haut est parti dans des boites, assez pour un kit de départ d’un jeune homme en appartement. Dans notre grande cuisine, plus de la moitié des armoires sont vides et on va encore faire un tri avant de déménager. Je n’ai donc pas vraiment besoin d’une aussi grande cuisine, finalement.

J’ai ensuite trié la salle de bain, les serviettes, les produits ménagers, les cosmétiques… On en a des produits inutiles qu’on accumule avec les années. J’ai maintenant seulement le nécessaire.

Puis ma chambre, les vêtements, les couvertures. Bye bye chandail que je n’ai pas mis depuis 5 ans. Allez jeter un oeil dans « Capsule wardrobe » sur Pinterest, c’est hyper inspirant de réaliser qu’avec une quinzaine de morceaux, on peut avoir une tonne d’ensemble à porter. Et qui a besoin d’un walk-in quand tout son linge entre dans 3 petits tiroirs?

Finalement, les jouets. Quand c’est rendu que tes enfants ne sont même plus heureux de leur 8e cadeau à Noël, c’est signe qu’ils en ont beaucoup trop. Peu importe ce qu’on leurs offrent, mes enfants préfèrent par-dessus tout jouer avec mes plats de plastique et mes spatules. Ma fille passerait tout son temps à m’aider en cuisine. Elle est fière de se rendre utile et de créer elle-même des recettes. Et mon fils adore aider papa à bricoler et jouer avec son petit kit d’outils, le seul jouet vraiment important à ses yeux. Le plus merveilleux dans le fait de se départir de trucs pour enfants, c’est qu’ il y a beaucoup de parents qui n’ont pas les moyens d’acheter du neuf ou qui préfèrent se tourner vers les jouets usagés, donc on donne au suivant!

Une petite maison douillette et chaleureuse

C’est à la fin de notre tri qu’on a réalisé que notre maison ne nous représentais simplement plus. On a fini par la trouver vide et trop grande pour rien. Elle n’est plus adaptée à nos besoins et à notre mode de vie plus minimaliste.  C’est pour cette raison qu’il y a une affiche à l’avant.

On a envie d’une petite maison chaleureuse, qui va amplement répondre à nos besoins et qui va être moins longue à entretenir. Une maison qui va nous laisser du temps pour réaliser nos projets, du temps pour profiter de notre vie familiale sans devoir travailler sans arrêt pour payer les comptes.

On quitte notre belle grosse maison moderne pour une petite maison à rénover, parce que c’est là qu’on a envie d’être. Est-ce qu’on a peur de le regretter? Non. On sait que même dans un petit 4 1/2, on serait tout aussi heureux. L’important, ce n’est pas la grandeur de la maison, mais bien le temps de qualité qu’on a pour en profiter.

Je vois des familles qui ont toutes les misères du monde à arriver, des enfants qui passent 12 heures par jours au service de garde, des parents au bout du rouleau, qui n’ont plus une goutte d’énergie une fois arrivé à la maison le soir. Tout ça pour pouvoir se payer davantage de biens, une plus grosse maison, 2 véhicules ou des voyages deux fois par année. Je me dis qu’on passe à côté de ce qui est réellement important, le temps.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s