Végétalien – Mythes & réalités

Couper les produits laitiers et la viande peut sembler extrême à première vue.  Ça fait un bon bout de temps qu’on se fait répéter que ce sont des aliments nécessaires à notre santé, comme dans le guide alimentaire par exemple.  Ce sont des habitudes et des croyances bien encrées, qui sont difficiles à briser.  J’ai donc cru bon de vous présenter 8 mythes communs sur le végétalisme, ainsi que des réponses simples et claires pour les démystifier. 

1. Je m’entraine. Je dois manger de la viande pour être fort et musclé.

Je t’invite à regarder Patrick Baboumian. Il est végétarien depuis 2005 et végane depuis 2011. En 2015, il a battu le record mondial en transportant 1235 livres sur 10 mètres.

D’ailleurs, plusieurs athlètes se tournent vers une alimentation végétalienne spécialement pour améliorer leurs performances. Toujours pas convaincus que c’est possible? En voici 10: 10 grands athlètes qui ont adoptés un mode de vie végane.

2. Tu vas manquer de protéines et de calcium!

Une alimentation végétalienne équilibrée est parfaitement saine et comble tout nos besoins alimentaires.  Les protéines sont présentes partout, même dans les légumes. Parmi les sources principales de protéines figurent les légumineuses, les noix, le tofu, le tempeh, le graines de chanvre, le quinoa, le riz brun…

Besoin de produits laitiers pour le calcium?  L’humain serait bien mal conçu si il avait besoin du lait maternel d’une autre espèce toute sa vie pour survivre.  Si on souhaitait vraiment continuer de consommer du lait à l’âge adulte, c’est du lait maternel humain qu’on devrait boire, pas celui destiné à un veau.

Les amandes, le brocoli, les graines de sésame, les épinards, les laits végétaux enrichis… Quelques une des sources végétales de calcium.

3. Les véganes veulent imposer leur mode de vie à tout le monde!

Si vous saviez qu’à côté de chez vous, il y a une usine où des gens tuent des milliers de petits chats et chiens par jour, est-ce que ça vous dérangerait?  Probablement. La majorité des gens ont de l’empathie pour les animaux de compagnie. On milite pour sauver des chiens des abattoirs en Chine, pendant qu’au Canada, on a abattu 21 593 136 porcs en 2017.

Quand on devient végane, on prend conscience de ce qui se passe réellement dans les abattoirs, les laboratoires et l’industrie en général. On réalise que le cochon a une intelligence similaire à celle d’un enfant de 3 ans, donc encore plus élevée qu’un chien.  Il anticipe sa mort, terrorisé. Certains cochons vont même mourir d’une crise cardiaque dans le couloir de l’abattoir. 

Quand on voit tout les animaux au même niveau, on a le choix d’arrêter d’encourager l’industrie, mais la souffrance continue. C’est pour cette raison que certains deviennent militants, que vos proches véganes essaient de vous ouvrir les yeux sur des choses trop peu connues.  C’est pour cette raison que j’ai mis sur pieds ce blog.

4. Le lait et les œufs, ce n’est pas comme si ça tuait l’animal.

Triste réalité pour les végétariens, la production de lait et d’œufs impliquent la mort d’animaux.  Le lait de vache est un lait maternel, ce qui implique la naissance d’un bébé pour démarrer la production, comme chez l’humain. Après avoir porté son bébé durant 9 mois, la vache accouche d’un petit veau.  Est-ce qu’on a besoin du petit bébé veau par la suite?  La réponse est malheureusement non.  Vous pouvez pour imaginer la suite ou lire ceci:   « Consommer des produits laitiers ».

Pour pondre des œufs, ça prend des femelles, pas des mâles. Après quelques heures de vie, une fois qu’on peut distinguer leur sexe, les petits poussins mâles sont lancés dans le broyeur industriel. Chaque année, c’est environ 3.2 milliards de poussins jaunes qui finissent leur première journée de vie dans une déchiqueteuse…  Si ils sont « chanceux », ils sont gazés, mais c’est plus rare.  Tout ça, c’est sans parler des conditions déplorables de vie des poules de l’industrie et de leur mort prématurée. 

5. La culture de soya est nuisible pour l’environnement.  C’est pas mieux que de manger de la viande.  En plus, le soya donne le cancer!

La grande majorité du soya qu’on fait pousser sert à nourrir le bétail qui fini dans notre assiette.  Ce n’est qu’un faible pourcentage qui est destiné à la consommation humaine. En mangeant de la viande, on peut donc dire qu’on encourage davantage la culture de soya qu’en mangeant du tofu.  Un boeuf de 1500 livres mange pas mal plus de soya qu’un être humain.  Imaginez le nombre d’humains qui pourraient être nourris avec les terres utilisées pour l’agriculture destinée aux animaux d’élevage.  

Ok, mais le soya donne le cancer!  En fait, la viande rouge, principalement les charcuteries, donne le cancer.  Ça a été reconnu par l’organisation mondiale de la santé et fait maintenant parti du groupe 1 (cancérogène pour l’homme), la même catégorie que le tabac et l’amiante.  Mauvaise nouvelle pour les amateurs de bacon, c’est dangereux pour votre santé, bien plus que le tofu 😉

Le soya a longtemps été au centre des débats, mais le tout a été rectifié à plusieurs reprises dans les dernières années. Il semblerait même que le soya soit bénéfique dans la prévention de certains cancers. Toujours pas convaincus?  Lisez ceci (sources à l’appui au bas de l’article): Fini la controverse.  

6. Tu devrais manger au moins un peu de poisson pour les omégas 3. 

Je préfères manger des graines de lin ou des noix de Grenoble, deux aliments qui sont aussi très riches en oméga 3.  De plus, ce sont des petites bombes de nutriments qui ne contiennent pas de mercure et de résidus de pollution. 

7. L’homme mange de la viande depuis la nuit des temps.

Ce n’est pas parce qu’on fait quelque chose depuis toujours que c’est bien et qu’on doit continuer de le faire.  Les choses ont changées depuis les années 1600 et aller acheter du tofu à l’épicerie ou ouvrir une conserve de pois chiches pour souper était autrefois impossible.  On a maintenant accès à un monde de produits et d’aliments sains qui ne nécessitent pas d’abattre un animal. 

Même à cet époque où l’homme avait réellement besoin de tuer pour se nourrir, il le faisait dans le plus grand des respect comparativement à aujourd’hui.   On réalisait autrefois l’importance d’une vie qu’on enlevait de nos propres mains.  Aujourd’hui, on va l’épicerie acheter un poulet BBQ déjà cuit, qui vient d’une usine où on électrocute en boucle 300 000 poules par jour.  On ne voit plus l’animal, on voit seulement un morceau de viande. 

8. Pas vrai que je vais manger juste de la salade.  Je ne suis pas un lapin!

Justement, je ne mange pas juste « de l’herbe ».   Les végétaliens mangent à peu près tout ce qui est imaginable, en version végé.  Sandwichs, pâtes, hot-dogs, poutines, souvlakis… Tout est une question de préparation et d’assaisonnements.  Des morceaux de tofu pannés dans un mélange d’épices et de chapelure donnent les meilleurs croquettes.  Envie d’un spaghetti?  La protéine végétale texturée offre le même résultat que le boeuf haché.  Un bon chili mexicain aux haricots noirs, des falafels de pois chiches, des cretons à base de lentilles…  On mange tous un peu végétalien sans le réaliser.  Qui n’a jamais mangé de pâtes marinara, d’hummus ou de rôties au beurre d’arachides? 

Ça peut faire peur au début, mais on s’adapte rapidement et on découvre un tout nouveau monde de saveurs. En 2019, il n’est plus nécessaire de tuer pour se nourrir.  Il suffit d’oser l’essayer pour le voir 😉 

Un commentaire sur “Végétalien – Mythes & réalités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s