L’importance de se renseigner

Ma grand-mère avait une ferme lorsqu’elle avait mon âge.  Elle devait se lever le matin pour aller s’occuper des animaux et si elle voulait servir du poulet pour souper, elle devait prendre une poule, lui trancher la gorge, la vider et la nettoyer pour finalement la faire cuire.  Quand elle mettait du poulet sur la table, elle savait exactement d’où il venait et elle était consciente de la vie qu’elle venait d’enlever.  Il y avait autrefois un certain respect pour la nourriture, un respect qui s’est perdu avec le temps…

En 2018, rares sont les familles qui passent à travers ses étapes avant de manger.  On ne connait pas la provenance de la majorité des aliments qu’on achète, on n’a aucune idée des conditions de vie dans lesquelles l’animal qui se trouve sur notre table a vécu et on ne sait parfois même pas quel animal se trouve dans certains produits.  À l’épicerie, tout est préparé et fait de manière à ce qu’on ne voit qu’un aliment, un morceau de viande.  Parce qu’en général, nous aimons les animaux…

Je suis personnellement incapable de tuer pour me nourrir.  Je n’ai pas cet instinct de chasseur en moi.  Quand je vois un animal, j’ai envie de le flatter, pas de le croquer.  D’ailleurs depuis que je suis toute jeune, je suis une amoureuse des animaux.  Pourtant, je mangeais encore de la viande il y a un peu plus d’un an.  Je savais que mon steak venait d’un boeuf, mais je ne réfléchissais pas plus loin que ça.  C’est plus facile de ne pas pousser trop loin notre réflexion quand on mange.

Je vous donne un exemple concret.  Tout le monde sait que le bacon, c’est une partie d’un cochon.  On aime ça du bacon, c’est gras, c’est salé, c’est croustillant…  On va même jusqu’à porter des chandails avec le mot « Bacon » dessus tellement on aime ça.

Mais qui d’entre nous serait à l’aise de tuer un cochon pour ensuite préparer ses propres tranches de bacon?  Peu d’entre nous.

Il n’y a pas que la viande qui mérite notre attention.  Les produits laitiers qu’on aime tant, le fromage, le lait, le yogourt…  On se dit que c’est correct d’en manger, puisque la vache n’est pas tuée pour son lait.  Mais plusieurs ne sont pas conscients que la vache est exactement comme l’humain.  Elle doit porter son bébé et lui donner naissance pour produire du lait.  Un nouveau bébé chaque année, question que la production continue.  Où va le veau?  Est-ce normal d’exploiter un animal pour son lait maternel?  Je ne vais pas élaborer davantage, mais si vous souhaitez connaître le processus, vous pouvez lire mon article sur l’industrie laitière.

On aime beaucoup les chiens.  On juge les usines à chiens destinés à l’alimentation en chine, mais on fait exactement la même chose avec des cochons au Canada.  On va visiter des jolies petites fermes avec nos enfants, mais on leur sert au souper les mêmes animaux qu’ils viennent de flatter, sans pour autant leur dire ce qui se trouve dans leur assiette.  Et que dire du foie gras, où l’on torture littéralement des oies et des canards dans les pires conditions possibles en leur enfonçant des tuyaux dans le fond de la gorge.  C’est barbare, c’est si cruel, mais on paie une fortune pour en manger dans les plus grands restaurants.

On pense bien faire en mangeant des oeufs biologiques de poules en liberté, c’est ce que je faisais.  Mais tout les petits poussins mâles vont quand même passer dans le broyeur.  Bio ou pas, ils sont « inutiles » à l’industrie.  Mais ça, ce n’est écrit nulle part sur l’emballage.  Tout comme pour les autres produits d’origine animale, c’est à nous de s’informer et de connaître le processus derrière notre alimentation.

Je parle de produits d’origine animale, mais il y a aussi une panoplie d’ingrédients douteux que l’on consomme sans se poser trop de questions.  Pesticides, agents de conservation, additifs, notre nourriture moderne déborde de produits qu’on ne devrait jamais ingérer.  Encore une fois, ça passe sous silence.  On est souvent plus occupé à regarder les calories et les matières grasses que la liste d’ingrédients.  Pourtant, le réel impact sur notre santé, il se trouve dans le choix de nos aliments, pas dans le nombre de calories.

Osez poser des questions sur ce que vous achetez, renseignez-vous sur l’élevage industriel et assurez-vous que ce que vous mettez sur la table respecte vos valeurs.  Regardez la liste d’ingrédients des produits commerciaux et faites vos recherches.  Oui, c’est difficile de regarder la réalité derrière nos habitudes de consommation et ça implique de se priver d’aliments qu’on aime, mais c’est important de savoir ce qui se trouve vraiment dans votre assiette.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s