Consommer des produits laitiers?

Est-ce normal de boire du lait maternel à l’âge adulte?

Boiriez-vous toujours le lait maternel de votre mère à votre âge? La vache produit son lait après avoir donné naissance à un veau, tout comme l’humain produit du lait pour nourrir son nouveau-né. Consommer des produits laitiers, c’est consommer du lait maternel destiné à un bébé veau.

Devrions-nous boire le lait maternel d’un autre mammifère?

Le lait maternel de vache est adapté aux besoins de son bébé, qui doit grandir et atteindre environ 200 kg vers 6 mois. Il contient des protéines et des gras essentiels à la croissance du petit veau. Il n’est en rien adapté aux besoins de l’humain et c’est pour cette raison qu’il est important de ne pas donner de lait de vache à un nouveau-né, car il contient notamment trop de protéines et de sels minéraux pour ses reins et peut causer l’anémie en provoquant des petits saignements dans l’intestin de bébé. C’est aussi pour cette raison qu’environ 75% de la population mondiale est intolérante aux produits laitiers.

Quel est l’impact de la consommation de produits laitiers sur notre santé?

Que contient le lait de vache?

Caséïne: La principale protéine du lait de vache (80%) est la caséine, 300 fois plus présente que dans le lait maternel humain. L’humain ne possédant pas la présure présente chez les ruminants, la caséine peut agir comme colle dans les parois intestinales, pouvant encrasser l’organisme et causer de l’inflammation. (On peut acheter de la colle à base de caséine à la quincaillerie.)

De nombreux chercheurs soupçonnent la caséine d’être responsable des inflammations articulaires présentes dans l’arthrite rhumatoïde.

Le produit le plus riche en caséine est le fromage, qui nous rend littéralement dépendant. Au cours de la digestion, la dégradation de la caséine libérerait de la casomorphine, qui activerait les récepteurs du cerveau liés à la dépendance. C’est pour cette raison que nous en voulons toujours et encore plus.

Œstrogènes: Un taux élevé d’œstrogènes se retrouve aussi dans le lait, puisque les vaches sont gestantes durant une bonne partie de leur production laitière. Un taux trop élevé d’œstrogène dans le corps peut mener à un gain de poids, augmenter les risques de cancer, d’ostéoporose, d’acné, de puberté précoce, etc…

Gras saturés: Les produits laitiers, très riches en gras saturés, favorisent l’obésité, ce qui augmente le risque de développer des problèmes de santé comme le diabète de type 2, l’hypertension et les maladies coronariennes.

Cholestérol: Lorsqu’il est présent en trop grande quantité, le mauvais cholestérol peut se déposer sur la paroi des vaisseaux sanguins et des artères. Si votre taux de cholestérol est trop élevé, vous pouvez entre autre être à risque d’une maladie cardiaque ou d’un accident vasculaire cérébral.

Lactose (le sucre du lait): Le principal glucide présent dans le lait de vache est le lactose. Il représente 55% de toutes les calories du lait écrémé. Environ 70% à 75% de la population adulte mondiale n’a pas l’enzyme nécessaire pour digérer le lactose.

Après avoir eu des migraines toute ma vie, elles sont disparues spontanément environ une petite semaine après avoir arrêté de consommer des produits laitiers. Jamais je n’aurais pensé que les migraines pouvaient être causées par ma consommation de produits laitiers et mon médecin, mon neurologue, ainsi que les divers spécialistes que j’ai rencontré ne m’ont pas informé de cette possibilité.

Les symptômes d’intolérance au lactose sont multiples: Migraines, céphalées, acné, fatigue, douleurs articulaires, douleurs musculaires, eczéma, urticaire, asthme, diarrhée, maux d’estomac, gaz, ballonnements, etc…

Protéine bovine: Outre l’intolérance au lactose, on peut aussi noter l’intolérance à la protéine bovine, de plus en plus fréquente chez les bébés. Un bébé intolérant aux protéines bovines ou au lactose aura des symptômes gastro-intestinaux comme des vomissements, de la diarrhée, des coliques, des douleurs au ventre, du mucus dans les selles et de la constipation. Il peut aussi avoir de la difficulté à respirer et avoir le nez bouché, comme s’il avait un rhume en permanence.

Calcium: L’humain n’a pas besoin de produits laitiers pour obtenir son apport en calcium.

On parle souvent du taux d’absorption du calcium présents dans les aliments. Sur certains sites laitiers, on compare le taux d’absorption du calcium dans le lait (32%) à celui du calcium dans les épinards cuits (5%). Les épinards contiennent LE PLUS FAIBLE taux d’absorption de calcium. Ils auraient pu comparer le taux d’absorption du calcium dans le lait (environ 32%) à celui du calcium dans le chou (65%) ou dans le brocoli (61.3%), mais ça n’aurait pas été très vendeur.

Vous pouvez facilement atteindre votre apport quotidien nécessaire en calcium en ayant une alimentation végétalienne variée et saine. Parmi les sources de calcium les plus élevées, on retrouve le tofu, les algues, le bok choy, le kale, le brocoli, les haricots blancs, les haricots pinto, le pain enrichi et le pain de blé entier, l’oignon, les oranges, les abricots séchés, le beurre de sésame, les amandes, etc…

PH acide: De plus, les produits laitiers sont classés dans la liste des aliments acidifiants pour notre corps, tout comme la viande rouge. Tout les aliments acidifiants, ainsi qu’un trop grand apport en protéines animales, sont susceptibles de favoriser l’ostéoporose. C’est pour cette raison qu’il y a présentement autant de débats et d’études qui relient la consommation de produits laitiers à l’ostéoporose.

Quelles sont les conséquences de l’industrie laitière sur l’environnement?

Les principaux problèmes environnementaux liés à la production laitière concernent la pollution de l’eau et de l’air, ainsi que la biodiversité. L’élevage est une des plus importante source d’émission de gaz à effet de serre sur la planète. Pollution de l’eau, utilisation d’antibiotiques et pesticides utilisés dans l’alimentation des animaux, la production de produits laitiers industriels participe grandement à la dégradation de l’environnement.

Tous ces animaux à nourrir impliquent d’immenses superficies de terre à cultiver et une quantité faramineuse d’eau. Une vache peut consommer jusqu’à 150 litres d’eau par jour. Leur consommation d’eau double en période de canicule et peut donc aller jusqu’à 300 litres d’eau par jour. Sans compter l’eau nécessaire à la transformation du lait, le nettoyage, l’entretien de l’équipement et des lieux et l’eau nécessaire pour la production d’aliments qui servent à nourrir les vaches.

Des pesticides tueurs d’abeilles sont aussi utilisés dans la culture des céréales et des plantes oléagineuses destinées à l’alimentation animale, ce qui participe au déclin des insectes pollinisateurs. À la vitesse à laquelle les abeilles disparaissent, il est plus que temps d’agir. Si vous souhaitez consommer des produits laitiers, il est préférable d’opter pour des produits issus de l’agriculture biologique.

Est-ce que la production de produits laitiers est éthique?

  • Pour produire du lait, il faut inséminer une vache.
  • Elle portera ensuite son bébé durant 9 mois, comme l’humain.
  • Suite à l’accouchement, le bébé restera environ 24 heures avec sa mère, puis on lui enlèvera. La vache fournira son lait maternel à l’humain, pas à son bébé.
  • Le veau sera nourri à la bouteille et 3 options sont présentes pour son futur: Être envoyé à l’abattoir vers 4 à 6 mois pour devenir de la viande de veau, le transformer à son tour en vache laitière si c’est une femelle ou l’abattre vers 2 ans pour qu’il soit vendu comme viande de boeuf.
  • Un quota laitier coûte cher, alors on fait souvent tout pour que les vaches produisent le plus possible. Comparativement aux années 1970, on fait aujourd’hui 3 fois plus de lait avec le même nombre de vaches.
  • La production laitière de la vache diminue quelques mois plus tard, alors on recommence le même processus. La vache doit retomber enceinte pour produire. Elle donnera naissance à un veau chaque année.
  • Pour finir en beauté, dans la majorité des fermes, la vache sera abattue et transformée en boeuf haché quand elle ne sera plus assez productive comme vache laitière. Pour assurer un niveau de production efficace, le producteur renouvelle habituellement le quart de son troupeau chaque année.

C’est important de comprendre le processus derrière notre alimentation et de choisir ce que l’on souhaite encourager ou non. L’industrie laitière tente de convaincre les gens que ce n’est que des mythes, que les bébés sont mieux séparés de leur mère, que la vache produit trop de lait de toute façon, mais il suffit d’utiliser notre jugement pour comprendre qu’il n’y a absolument rien de sain dans ce processus.

Avec la multitudes d’options présentes en 2019, les produits laitiers ne sont plus une nécessité. La variété de produits végétaliens ne cesse d’augmenter. Lait d’avoine, de soya, de noix, fromages végétales, crèmes à café, délicieuses crèmes glacées…

Osez essayer les alternatives sans cruauté 😉